Les 4 concepts

 

Le bioindicateur

L'organisme sensible présente des effets visibles d'un polluant atmosphérique. Ce dernier est spécifique d'un type de plante.

Cette information semi-quantitative sur la contamination atmosphérique permet d’apprécier directement les impacts environnementaux des polluants.

 

Manifestations :

- nécroses

- chloroses (modification de couleur)

- altérations physiologiques, tissulaires ou morphologiques (variation de taille, perturbation de la floraison,...)

 

Ex :   tabac, trèfle, peuplier Ž O3

         millepertuis, glaïeul Ž F

 

  

Le bioaccumalateur

Cet organisme a la capacité d'accumuler au sein de ses tissus (feuilles) les polluants atmosphériques et ce, à une concentration supérieure à celle du milieu.

 

Manifestations :

- pas de dommages immédiats pour la physiologie ou la morphologie

- pas d’effet visible

- le taux de polluant est déterminé par analyse chimique

 

Ex :   mousse, lichen, ray-grass Ž  éléments traces métalliques

 

 

Le biointégrateur

Cette notion est à appliquer au niveau d'une communauté ou d'une population d'organismes et en suit les variations de densité et/ou la composition spécifique de cette population.


Manifestations :

La modification de la présence et de l’abondance d’une espèce indique toute modification de l’environnement, de cette espèce.

 

Ex : Indice de qualité globale de l’air à l’aide des lichens Ž disparition de nombreuses espèces quand la qualité de l’air se dégrade et inversement.

 

 

 

Le biomarqueur

Le principe est de relever les effets d'une exposition présente ou passée d’un organisme à au moins un polluant.

 

Manifestations :

- suivi de l'altération moléculaire, cellulaire, biochimique, physiologique de l'organisme

 

Ex : Test des micronoyaux chez Tradescantia

 

 

 

 

Crédit photos : APPA NPC

 

 

 

Mentions légales Contacter le webmaster